Librairie Auguste Blaizot

Librairie Auguste Blaizot

L'Influence des femmes au XVIIIe.

 

La librairie Blaizot expose dans sa vitrine un petit ensemble de livres sur le thème de L'Influence des femmes au XVIIIe.

 

Venez la voir et poussez la porte pour en découvrir d'autres!

 

 

 

BALZAC (Honoré de). Albert Savarus. Paris, Les Bibliophiles Comptois, 1930.

 

28 eaux-fortes originales de Charles Jouas, dont un frontispice et 27 in-texte. Tirage unique limité à 140 exemplaires numérotés sur vélin de Rives. Exemplaire enrichi de 11 dessins originaux aux crayons de couleur signés et légendés par Charles Jouas dont 9 contre-collés, du menu du dîner de la société illustré d'une eau-forte originale accompagné d'un état de la gravure et d'une suite de toutes les gravures en 2 états dont l'eau-forte pure et celui avec remarques. Cette suite comporte la grande eau-forte représentant la place du Palais de Justice que Charles Jouas avait prévue pour un titre gravé, qui a été abandonnée par l'éditeur et dont seule une très petite partie du cuivre a été utilisée en vignette de titre. Très bel exemplaire relié à l'époque par Charles Lanoë. De la bibliothèque Léonce Delinière (ex-libris).

 

 


 

VOLTAIRE. Candide. Paris, L. Carteret, 1922.

 

26 aquarelles d'Edmond Malassis, gravées et imprimées à la poupée avec retouches au pinceau. Tirage unique limité à 175 exemplaires numérotés sur vélin. Très bel exemplaire dans une reliure décorée et datée d'Affolter, absolument contemporaine à la sortie du livre.

 

 

 

LA FONTAINE (Jean de). Douze contes vus par Théo van Elsen. Fontenay-aux-Roses, Editions Rigal, 1950.

 

23 eaux-fortes originales de Théo van Elsen, dont un frontispice, 12 en-têtes et 10 in-texte. Tirage limité à 270 exemplaires. Un des 10 premiers exemplaires numérotés sur chine, comportant un lavis original signé par l'artiste, un cuivre encré et verni (étude pour une illustration), une suite de 6 planches libres, une suite de 6 études, une suite de 10 cuivres refusés et 2 suites d'état des illustrations, dont une en noir et une en sanguine. Exemplaire enrichi de 3 lettres autographes signées de l'artiste, adressées à l'éditeur et illustrées d'aquarelles originales, de 3 gravures originales signées par l'artiste, et du prospectus illustré de l'éditeur. Reliure de Yseux succ. de Simier.

 

 

 

[SATIRE CONTRE MARIE-ANTOINETTE ET LA COUR] Porte-feuille d’un talon rouge. Paris, de l’imprimerie du Comte de Paradès, l’an 178*

 

Edition originale de ce pamphlet publié de façon anonyme, mais attribué à un certain comte de Paradès qui place sournoisement dans la bouche de Marie-Antoinette tous les racontars scandaleux -souvent trop vrais - qui traînent à l'Œil-de-Bœuf. Gay-Lemonnier considérait ce texte comme une pièce satyrique d'une violence inouïe [...], dans laquelle se trouvent des faits scandaleux qu'on ne trouve pas ailleurs; elle est d'une excessive rareté, les exemplaires ayant été en partie détruits. L'ouvrage fut condamné au pilon par un jugement du 13 mai 1783 pris par le préfet de police Lenoir, ordonnant la destruction de toute l'édition ou à peu près du livre, au titre de Libelle contre toute la Cour. Du tirage unique sur papier vergé, seuls quelques rarissimes exemplaires ont échappé à la destruction. Gay-Lemonnier décrit le comte de Paradès (1750-1784) comme une espèce d'intrigant que le prince de Ligne désigne dans ses Mémoires comme servant à la fois d'espion à la France et à l'Angleterre, se prétendant issu de la maison espagnole de Paradès... Mais d'après l'opinion la plus accréditée, il avait pour père un pâtissier de Phalsbourg, nommé Richard.

 



ARNNA (Jacques). Le Double Visage de Marie-Antoinette dauphine et reine, d’après son écriture. Paris, Librairie Auguste Blaizot, 1961.

 

Edition originale de cette intéressante étude, illustrée d'un portrait-frontispice de Marie-Antoinette par Cathelin, de nombreux ornements gravés sur bois, de 13 fac-similés et de 16 hors-texte en phototypie des ateliers Duval. L'auteur nous enseigne l'art de confesser l'écriture de l'insouciante dauphine et de la reine malheureuse. Il nous apprend aussi à reconnaître et à rejeter les fausses confidences fabriquées de toutes pièces par d'habiles faussaires. Une passionnante, magistrale et définitive leçon d'anatomie scripturale. Tirage unique limité à 500 exemplaires numérotés sur vélin d'Arches.

 

 


DESMARETS. La Vérité de fables ou L’Histoire des dieux de l’Antiquité. Paris, chez Florentin Lambert, 1661.

 

Exemplaire aux armes de la Marquise de Pompadour, maîtresse de Louis XV. La Marquise avait su très adroitement s'entourer de tout ce qui pouvait donner à sa personne, prestige et séduction. Ses livres qu'elle aimait, se rapportaient toutefois à son caractère. Les livres de sciences, mythologie, philosophie, linguistique trouvaient dans sa collection un difficile accès. En revanche les pièces de théâtre et les romans y foisonnaient. Cet exemplaire eut donc le privilège de faire parti de son cabinet. Jean Desmarets dit Desmarets de Saint-Sorlin (1595-1676), écrivain français, danseur, bouffon royal et porte-parole culturel de la politique royale. Remarqué par la Régente Marie de Médicis pour ses talents de danseur et d'amuseur, il est placé auprès de Louis XIII d'abord en tant que fou puis comme favori du jeune roi. Par la suite il acquérera des charges de député puis de secrétaire d'état auprès du Roi et du cardinal. Parallèlement il ne cesse d'écrire: œuvres poétiques, théâtrales, d'analyses et de combats.

 

 

 

HEURE OU MANUEL POUR ASSISTER A LA MESSE. Heures ou manuel pour assister à la messe et aux autres offices de l'église et pour passer chrétiennement la journée. Paris, Guillaume Desprez, 1755.

 

Aux armes de Marie-Adélaïde, fille aînée de Louis XV. Titre-frontispice gravé sur acier par J. B. Scotin d'après A. Dieu. Reliure aux armes de Marie-Adélaïde, fille de Louis XV. Reliure de l’époque.

 

 

 

[SEMAINE SAINTE] Office de la semaine sainte en latin et en françois, à l’usage de Rome & de Paris. Paris, Mazières et Garnier, 1728.

 

Aux armes de Marie Leszcynsla, épouse de Louis XV. Un titre, une vignette et 3 planches hors texte, le tout gravé sur acier par J.B. Scotin. Reliure aux armes de Marie Leszczynska, qui épousa Louis XV à Fontainebleau le 5 septembre 1725 et mourut à Versailles le 24 juin 1768. Cette reine, qui cherchait à tromper l'ennui de sa solitude, s'était formée une bibliothèque composée presque uniquement d'ouvrages religieux ou historiques, dont la plupart furent reliés par Padeloup. Fer reproduit dans Olivier, planche 2507, n°1.

 

 

 

[SEMAINE SAINTE] L'Office de la Semaine Sainte en latin et en françois selon le missel et le bréviaire romain à l'usage de Madame la Dauphine et de sa maison.. Paris, Jean-Baptiste Garnier, 1752.

 

Exemplaire aux armes de Marie-Josèphe de Saxe, cinquième enfant de Frédéric-Auguste II, électeur de Saxe, roi de Pologne sous le nom d'Auguste VII et de Marie-Josèphe, archiduchesse d'Autriche. Armoiries reproduites dans Olivier, planche n°2526.

 

 

 

TOUCHARD-LAFOSSE. Chroniques de l’œil de bœuf. Les Petits Appartements de la cour et les salons de Paris sous Louis XIV, la Régence, Louis XV, Louis XVI. Monaco, Raoul Solar, 1945.

 

Amusante publication illustrée de nombreuses compositions en couleurs de Sennep, dont 20 à pleine page. Tirage limité à 985 exemplaires numérotés. Un des 25 exemplaires hors commerce sur vélin de Rives.

 

 

 

NOLHAC (Pierre de). Versailles inconnu. Paris, Louis Conard, 1926.

 

35 compositions de Pierre Gusman, dont 6 hors-texte, 19 in-texte et 10 culs-de-lampe. Tirage limité à 400 exemplaires numérotés. Exemplaire non numéroté sur japon à la forme (papier sur lequel ont été imprimés les 50 premiers exemplaires), accompagné d'une suite des bois sur papier de Chine. Historien d'art, Pierre de Nolhac fut conservateur adjoint au musée de Versailles en 1887, puis conservateur en titre de 1892 à 1920. Son action au musée du château fut déterminante, notamment pour la reconstitution des collections dispersées pendant la Révolution française. Il a consacré de nombreux ouvrages au château ainsi qu'à la reine Marie-Antoinette.

 

 

 

MARMONTEL (Jean-François). Contes moraux. Paris, chez J. Merlin, 1765.

 

Edition ornée d'un portrait gravé par Saint-Aubin d'après Cochin, d'un titre gravé par Duclos d'après Gravelot (répété dans chaque volume), et de 23 figures de Gravelot gravées par Baquoy, Legrand, Le Mire, Le Veau, de Longueil, Pasquier, Rousseau et Voyez. Bel exemplaire en premier tirage, avec les errata. Reliure de David.

 

 

 

LACLOS (Choderlos de). Les Liaisons dangeureuses. Paris, Le Vasseur et Cie, 1934.

 

25 compositions en couleurs de George Barbier dont 20 hors-texte, 2 en-têtes et 3 vignettes répétées deux fois (une sur les couvertures, une encadrant les titres et celle accompagnant le numéro de l'exemplaire imprimé en face des titres). Tirage limité à 720 exemplaires numérotés. Un des 650 exemplaires sur vélin pur fil de Rives.

 

 

 

VERLAINE (Paul). Fêtes galantes. Paris, H. Piazza, 1928.

 

22 illustrations de George Barbier aquarellées au pochoir, dont une sur la couverture, un frontispice et 20 hors-texte. Tirage limité à 1.200 exemplaires numérotés. Un des 975 exemplaires sur vélin pur fil.

 

 

 

LIVRES EN BRODERIE. Reliures françaises du Moyen Age à nos jours. Paris, Bibliothèque Nationale de France, 1995.

 

Précieux catalogue de cette exposition qui s'est tenue à la bibliothèque de l'Arsenal, abondamment illustré de reproductions en noir et en couleurs, avec une préface de Jean Favier, un avant-propos de Jean-Claude Garreta et des textes inédits de Michel Butor, Silvia Baron Supervielle, Sabine Coron, Martine Lefèvre et Daniel Véron-Denise.

 

 

 

LAVAL. Sentences et intructions chrétiennes tirées des œuvres de Saint Grégoire le Grand, Pape et de Saint Paulin, évêque de Noke. Paris, chez Jean Villette, 1734.

 

Nouvelle édition attribuée à Louis Charles d'Albert, Duc de Luynes (1620-1690), pair et grand fauconnier de Œuvres sous Louis XIII, connu sous le pseudonyme de Sieur de Laval. Il se distingua de bonne heure par son goût pour les livres, le silence et l'étude. Il préféra toujours le culte des lettres aux avantages de sa naissance. Exemplaire portant sur les plats les armes de Sophie-Philippine-Elisabeth-Justine, fille cadette de Louis XV, surnommée Grailles par son père.

 

 

 

[SEMAINE SAINTE] Office de la semaine sainte latin et françois à l'usage de Rome et de Paris. Paris, chez Antoine Dezallier, 1701.

 

Exemplaire aux armes de Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne, mère de Louis XV et épouse de Louis de France dit le "Grand Dauphin".

 

 

 

MARTORELL (Jean). Histoire du vaillant chevalier Tiran Le Blanc. Tome second. Londres, sans nom, 1740.

 

Aux armes de la comtesse Du Barry, maîtresse de Louis XV, avec sa devise Boutez en avant. Un coin de la reliure a été restauré. Martorell fit imprimer pour la première fois à Valence, en 1490, le Roman de Tiran Le Blanc. Tout est presque de l'imagination du comte de Caylus dans sa prétendue traduction de "Tiran Le Blanc".

 

 

 

BLANPAIN (N.). Musée féminin. Galeries illustrées des femmes célèbres: courtisanes, aventurières, reines, impératrices, femmes de lettres, actrices, criminelles,… Paris, A. Cinqualbre, sans date.

 

Nombreuses illustrations en noir in texte.

 

 

 

ALLATINI (Eric). Sur talons rouges. Paris, Briffault, 1929.

 

12 aquarelles hors texte de Gerda Wegener. Tirage limité à 449 exemplaires numérotés. Un des 400 exemplaires sur vergé d'arches contenant l'état définitif des gravures. Gerda Wegener (1889-1940), danoise, épouse du paysagiste Einar Wegener, elle est originaire d'une famille française émigrée au Danemark au XVIIIème siècle. Elle adopta dans les années 1930, une vie mondaine brillante et superficielle qui se reflète dans ses illustrations très raffinées qui rappelle les illustrations de Sylvain Sauvage.

 

 

 

PORTEFEUILLE DE MINISTRE.

 

Portefeuille de ministre, époque Charles X.

 

 

 

[ETRENNES] (Edmond). L’Empire de la Beauté par les éléments, les âges et les saisons. Etrenne au beau sexe. Paris, Chez Janet, (1801).

 

Charmantes étrennes pour l’année 1801 composées d’un petit calendrier dépliant débutant en tête de l’almanach et se poursuivant à la fin de l’exemplaire orné pour chaque mois d’un motif gravé sur bois suivi de 13 vignettes hors texte gravées sur acier évoquant les éléments naturels, les saisons et les âges. On pourra remarquer l’illustration d’une montgolfière à la page 15 en regard d’un poème relatant l’accident de montgolfière de Pilâtre survenu en janvier 1785. Rare exemplaire orné du motif au ballon reprise comme décor sur le second plat de la reliure. Les premières montgolfières (en 1783) ont provoqué un engouement extraordinaire qui s'est traduit dans l'art du mobilier par des formes décoratives sphériques, dites "au ballon" s'appliquant notamment aux dossiers de chaises et aux lustres. Le thème du tableau a également inspiré des motifs d'assiettes en faïence, et des reliures très recherchées des collectionneurs. Les "verres ballons" de forme sphérique favorisent la dégustation des alcools en les chauffant légèrement dans la paume de la main.

 

 

Librairie Auguste BLAIZOT
164, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 PARIS
Tél.: 33 (0)1 43 59 36 58
Fax: 33 (0)1 42 25 90 27 
paul.blaizot@wanadoo.fr

Ouvert du mardi au samedi
de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h30 

Métro, ligne 9, station Saint-Philippe du Roule 

Plan d'accès

 



30/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 184 autres membres