Librairie Auguste Blaizot

Librairie Auguste Blaizot

Symbolisme.

 

 

La librairie Blaizot expose dans sa vitrine un petit ensemble de livres sur le thème du Symbolisme.

 

Venez la voir et poussez la porte pour en découvrir d'autres!

 

 

 

 

HORAE AD USUM ROMANUM.

 

Petit in-16, veau brun, décoration florale estampée sur les plats, dos à nerfs orné de filets à froid, fermoir dont il manque une attache (Reliure monastique).

 

Charmant manuscrit du début du XIVème siècle de 184 feuillets (dont 12 pour le calendrier et 1 blanc) soigneusement calligraphiés en caractères gothiques sur parchemin. 5 feuillets sont ornés d'une élégante bordure florale en bleu, rouge, vert et or; nombreuses initiales ornées peintes en bleu, rouge et or.

 

 

 


 

MELANDRI (A.). Les Farfadets. Paris, A. Quantin Imprimeur-Editeur, 1886.

 

‎Edition originale, illustrée de 25 lithographies originales d'Henri Rivière tirées chacune en bistre, vert, rouge, orange ou noir (une sur le premier plat du cartonnage, 3 vignettes, 13 in-texte et 8 à pleine page dont 6 sur double page). L'artiste n'avait que 22 ans lorsqu'il conçut l'ornementation de cet album dans laquelle on perçoit l'influence de l'art japonais.

 

 

 


 

FRANCE (Anatole). Le Puits de sainte Claire. Paris, Librairie des Amateurs, 1925.

 

39 compositions en couleurs de Georges Rochegrosse, dont une sur la couverture, 14 hors-texte et 12 en-têtes gravés à l'eau-forte en couleurs et rehaussés d'or par E. Decisy, et  12 grands culs-de-lampe gravés sur bois  par Ch. Clément. Tirage limité à 650 exemplaires numérotés. Un des 470 exemplaires sur vélin d'Arches. Très bel exemplaire orné sur les plats et le dos de la reliure de fines aquarelles rehaussées d'or d'après des compositions de Georges Rochegrosse.

 

 

 


 

HALLE (Adam de la). Le Jeu de la feuillée. Monaco, Editions du Parnasse, 1964.

 

15 miniatures de Gradassi (8 en pleine page dont certaines regroupent 3 à 5 miniatures et 7 in-texte), ainsi que 67 lettres ornées. Le texte de chaque page est disposé dans un encadrement enluminé. Tirage limité à 810 exemplaires numérotés sur pur chiffon de Lana. Un des 50 exemplaires accompagnés d'une aquarelle originale en couleurs dédicacée et signée par l'artiste.

 

 

 


 

LAMOTTE-FOUQUE (Friedrich de). Ondine. Paris, Hachette et Cie, 1912.

 

 

15 compositions hors texte en couleurs d'Arthur Rackham montées sur papier brun, protégées par des serpentes légendées et 35 en-têtes et culs-de-lampe en noir. Tirage limité à 430 exemplaires numérotés. Un des 350 exemplaires sur papier vélin à la forme.

 

 

 


 

[EVANGILES] Les Evangiles des dimanches et fêtes de l’année. Paris, L. Curmer, 1864.

 

Cette édition, la plus belle de Curmer, est ornée de bordures, d'encadrements et de 400 miniatures reproduites en coloris polychromes et or. Le texte est composé d'une typographie en rouge et or avec sur toutes les pages un encadrement différent également en chromolithographie et en or. Le volume d'appendice est illustré de reproductions photographiques dans des cadres variés.

 

 

 


 

SHAKESPEARE (William). Œuvres complètes. Paris, Pagnerre, 1865-1867.

 

Seconde édition de cette traduction en français par François-Victor Hugo (1828-1873), qui était le troisième des quatre enfants de Victor Hugo. Agréable exemplaire dans sa reliure d'époque.

 

 

 


 

SCHWOB (Marcel). La Porte des rêves. Paris, Bibliophiles Indépendants, 1899.

 

Seul livre illustré par Georges de Feure, un des plus représentatifs de l'art 1900, comportant une grande composition imprimée sur la couverture en bleu dans un fond floral beige et vert, un triptyque gravé en taille-douce en deux tons et colorié à la main (placé en frontispice), et 68 illustrations dont 15 hors-texte, 4 à pleine page, 16 in-texte, 15 culs-de-lampe et 18 encadrements de texte dont 15 répétés plusieurs fois. Tirage unique limité à 220 exemplaires numérotés sur japon.

 

 

 


 

MICHELET (Jules). L’Insecte. Paris, Librairie Hachette et Cie, 1876.

 

Première édition illustrée par Hector Giacomelli de 140 vignettes gravées sur bois. Tirage unique limité à 50 exemplaires sur papier de Chine. Exemplaire enrichi d'une très belle aquarelle originale signée par l'artiste. Giacomelli était un peintre animalier, particulièrement sensible au monde des oiseaux et des insectes qu'il a magistralement interprété dans cet ouvrage et à travers la ravissante aquarelle originale placée en tête du livre. Reliure de Gruel.

 

 

 


 


COPPEE (François). Le Passant. Paris, Armand Magnier Editeur, 1897.

 

Cette édition reproduit en fac-similé le manuscrit de l'auteur et une page de musique de Jules Massenet, et est illustrée de 47 compositions originales in texte de Louis Edouard Fournier gravées à l'eau-forte par Léon Boisson. Tirage limité à 300 exemplaires numérotés. Un des 47 exemplaires sur papier vélin, comportant une triple suite des eaux-fortes.

 

 

 


 

AUCASSIN ET NICOLETTE. Chante-fable du XIIe siècle mise en français par Gustave Michaut. Paris, Raoul Solar, 1946.

 

Charmante édition illustrée par Léon Carré de 12 compositions hors texte en couleurs. Tirage limité à 525 exemplaires numérotés. Un des 25 premiers exemplaires sur japon impérial, comportant les ornementations enluminées à la main et seuls à être accompagnés d'une aquarelle originale signée par l'artiste, d'une suite en couleurs et d'une suite en noir des illustrations. Reliure de Lucien Laballe.

 

 

 


 

[HENNIQUE (Léon)] MAYNEVILLE. Chronique du temps qui fut la Jacquerie. Paris, Romagnol, 1903.

 

Premier tirage des 41 compositions de Luc-Olivier Merson gravées à l'eau-forte par Chessa, et des nombreuses lettres manuscrites par Cossard. L'éditeur Romagnol, à la suite d'un différend avec Calmann Lévy propriétaire des droits de Prosper Mérimée, fut dans l'obligation de ne pas publier le véritable texte de La Jacquerie, et de faire appel à Léon Hennique qui a pris le pseudonyme de Mayneville. Tirage limité à 500 exemplaires numérotés. Un des 340 exemplaires sur papier vélin de cuve, enrichi de 2 exemplaires du prospectus illustré de l'éditeur. Reliure de Visinand.

 

 

 


 

BALZAC (Honoré de). La Belle Impéria. Paris, Louis Conard, 1903.

 

Première édition séparée de ce conte drolatique, illustrée par Edmond Malassis de 30 compositions dont 16 à l'aquarelle gravées sur cuivre en couleurs par Louis Mortier et rehaussées d'or (une page de titre, un bandeau, 3 hors-texte, 6 in-texte, 4 lettrines et un cul-de-lampe) et 14 gravées sur bois par Tony Beltrand, quelques-unes en rouge et noir (2 hors-texte, 10 in-texte et 2 lettrines). Tirage limité à 170 exemplaires numérotés. Reliure de Marot-Rodde.

 

 

 


 

MAROT (Clément). Ballades, rondeaux et chansons. Paris, A. Blaizot, R. Kieffer, 1910.

 

21 eaux-fortes originales in texte et de très nombreux bois originaux in texte de Georges Bruyer. Tirage limité à 250 exemplaires numérotés. Un des 180 exemplaires sur vélin. Très bel exemplaire dans une reliure de l'époque ornée d'un grand cuir modelé et coloré signé du monogramme M.M. (vraisemblablement Marius Michel).

 

 

 


 

MUSSET (Alfred de). Œuvres. Paris, Alphonse Lemerre, 1876-1877.

 

11 volumes. Première édition de ces œuvres complètes publiée par Lemerre, avec les œuvres posthumes regroupées dans le tome 10. Elle est illustrée de 5 portraits gravés sur acier et placés en frontispice. Exemplaire bien complet de la Biographie d'Alfred de Musset par Paul de Musset qui a été publiée plus tard et qui constitue le onzième volume. Très bel exemplaire relié à l'époque, avec un riche décor floral incisé et coloré à l'acide. Reliures de l'époque.

 

 

 


 

LORRAIN (Jean). La Mandragore. Illustrations de Marcel Pille. Paris, Edouard Pelletan, 1899.

 

Edition originale de ce conte illustrée de 33 compositions de Marcel Pille gravées par Deloche, Florian, les deux Froments et Julien Tinayre, dont 7 hors texte (un en couleurs et 6 en noir), 23 in texte en noir et 3 ornementations en deux couleurs. Tirage limité à 193 exemplaires numérotés. Un des 110 exemplaires sur vélin du Marais. Cet ouvrage est un des plus beaux livres de l’éditeur Edouard Pelletan et l’un des plus rares. Il s’agit d’un conte dans le domaine du merveilleux et de la sorcellerie où une reine accouche d’une grenouille et les conséquences qui s’en suivent.

 

 

 


 

 [HEURES A L’USAGE DE ROME]

 

Très belle publication de Philippe Pigouchet réalisée pour le libraire Simon Vostre, composée sur 26 lignes par page, avec sur la page de titre la grande marque de Philippe Pigouchet. L'ouvrage comporte au verso de la page de titre un almanach pour les 24 années (1497-1520) suivi du calendrier, et est illustré de 16 grandes figures à pleine page gravées sur cuivre qui représentent: L'Homme anatomique - Le Martyre de saint Jean - L'Arrestation du Christ et le baiser de Judas - L'Arbre de Jessé - La Visitation - La Crucifixion - La Descente du saint Esprit - La Nativité - L'Annonce aux bergers - L'Adoration des mages - La Présentation au Temple - La Fuite en Egypte - La Mort de la Vierge - Bethsabée au bain - Le Jugement dernier - La Sainte trinité et l'église. Le texte est encadré à chaque page de bordures historiées divisées en petits compartiments enfermant chacun une élégante composition. Ces bordures admirablement gravées sont d'une richesse étonnante et intéressante par la variété des sujets représentés: scènes de chasse, chimères et animaux fantastiques, scènes de la vie quotidienne, réjouissances populaires (danses, festins, arbres de mai, collations champêtres...), scènes de l'histoire sainte, Sybilles et Vertus... En particulier, la danse macabre est illustrée de 78 petits tableaux représentant des hommes et des femmes en habits du temps (l'astrologue, le bourgeois, le médecin, l'avocat, la cordelière, la chambrière, la marchande...). L'ornementation a été enrichie de 78 petites vignettes in texte représentant des scènes de la vie du Christ ou des Saints. L'illustration de ce livre d'heures reprend les burins utilisés pour l'édition de 1498 considérée comme une des plus belles éditions de Simon Vostre et un des chefs d'œuvre de l'imprimeur Pigouchet. Elle est abondamment reproduite dans l'ouvrage de Claudin, Histoire de l'imprimerie de France au XVe et XVIe siècles (Paris, 1901, tome II, pages 25 et suivantes). Exemplaire comportant les initiales calligraphiées en rouge ou en bleu, relié par Lortic, avec son étiquette collée en haut de la première page de garde. Brunissures à quelques feuillets.

 

 

 


 

BANVILLE (Théodore de). Gringoire. Paris, Ferroud, 1919.

 

20 eaux-fortes originales en couleurs de Léon Lebègue, dont une sur la couverture, un frontispice, 9 bandeaux, 9 culs-de-lampe et de nombreuses lettres ornées rehaussées au pochoir dans l'esprit des ouvrages enluminés. Tirage limité à 1.025 exemplaires numérotés. Un des 800 exemplaires sur vélin d'Arches. La composition originale peinte dans le médaillon sur le premier plat de la reliure porte les initiales du relieur. Reliure de A. Perdereau.

 

 

 


 

TASTU (Amable). Poésies. Paris, Ambroise Dupont et Cie, 1827.

 

Troisième édition imprimée avec beaucoup de soins illustrée en frontispice d’une gravure d’après A. Devéria par A. Fauchery, contrecollée sur papier de chine et de 47 ravissantes têtes de chapitre gravées (dont certaines parfois répétées). Cette édition est une réunion des pièces de vers composées par l’auteur depuis 1816. Concernant la reliure, plusieurs relieurs du nom de Martin semblent avoir exercé à Paris durant la première moitié du XIXe siècle. L’auteur, Amable Tastu (1798-1885) était l’épouse de Joseph Tastu, attaché à la bibliothèque Sainte-Geneviève, spécialiste de la littérature catalane. Madame Tastu fut un poète distingué membre de différentes académies. Couronnée plusieurs fois par l'Académie des Jeux Floraux de Toulouse, membre de l'Académie nationale de Metz, ses succès littéraires lui ouvrent bientôt les salons parisiens, notamment celui de madame Récamier, puis le Cénacle que préside Charles Nodier; elle y lit ses vers. Chateaubriand et Victor Hugo lui dédient des poèmes, Benjamin Constant et Lamartine lui adressent les éloges les plus chaleureux, Béranger devient l'un de ses meilleurs amis. Elle collabore au Mercure de France, à la Muse française et s'évertue à faire connaître ses consœurs. Mais en 1830, la faillite de son mari (qui était venu s'installer à Paris) la contraint à des travaux alimentaires: anthologies et ouvrages d'éducation. Dès lors, sa notoriété décline. Cependant son Eloge de Mme de Sévigné couronné en 1840 par l'Académie française, fait d'elle la première femme, depuis Melle de Scudéry, à remporter le prix d'éloquence. De la bibliothèque Alexis Rouart (ex-libris). Reliure de Martin.

 

 

 

 

 


 

[MALO (Charles)] Livre d’amour ou Folastreries du vieux temps. Paris, Louis Janet, (1821).

 

Première édition de ce recueil de lais, rondeaux, virelais et ballades les plus célèbres du XIe au XVe siècles, réunis par Charles Malo. Premier tirage de ces illustrations de Auguste Garnerey comprises dans des portiques de style gothique ou renaissance comprenant un titre-frontispice et 6 planches hors texte coloriées. Auguste Garberey (1785-1824), fut peintre d’histoire, de scènes de genre, aquarelliste et miniaturiste. Il fut nommé peintre du cabinet de la Reine Hortense et professeur de dessin de la duchesse de Berry. Charles Malo (1799-??) fut écrivain. Il débuta fort jeune par des poésies, des chansons et devint à 19 ans correspondant du Caveau moderne et fut ensuite un des fondateurs des Soupers de Momus. Il a publié diverses compilations, des livres d’éducation, d’étrennes, etc. Le relieur était Louis Janet, l’éditeur de cet ouvrage, fils de Pierre Etienne Janet, relieur et doreur de livres à la fin du XVIIIème siècle. A sa mort il reprit la suite des affaires qu’il développa de façon magistrale en éditant de nombreux almanachs dits étrennes mignonnes et des livres de présents connus sous le nom de keepsakes. Selon Sophie Malavieille, dans Reliures et cartonnages romantiques du XIXeme voici la caractéristiques de ces précieux almanachs: les almanachs sont toujours de petits volumes […] le papier était le plus souvent décoré par la gravure, donc avec une entière liberté et une grande facilité de renouvellement des sujets; ce dessin pouvait être retouché à la peinture ou orné d’un filet d’or. […] La décoration suivait les modes de l’époque. Sous la Restauration, les cartonnages étaient peints d’un paysage: c’étaient de petites scènes champêtres avec femmes, bosquets, oiseaux, rivières. (Cartonnage d’époque attribué à Janet).

 

 

 


 

GONDAR (Jacques). Chroniques françoises de Jacques Gondar, clerc, publiées par F. Michel, suivies de recherches sur le style par Charles Nodier. Paris, A. Giroux, sans date (1830).

 

Première édition illustrée de 4 planches hors texte gravées par Rouargue d’après Colin et 4 partitions de musique correspondant à la chanson de Blondiaux, trouvère. Exemplaire avec les planches, les lettres ornées et les encadrements coloriées et rehaussés d’or à la façon des enluminures médiévales. L’ouvrage est divisé en deux parties: d’abord une reproduction intégrale de ces trois chroniques de Gondar en écriture gothique suivie de notes et éclaircissement de Francisque Michel concernant ce manuscrit du milieu du XVeme qui fut retrouvé «couvert d’un velours rouge» et une seconde partie d’un texte inédit en caractères courants de Charles Nodier intitulé Recherches sur le style et particulièrement sur celui des chroniques françaises du Moyen-âge. Emile Rouargue (1795-1865), fut dessinateur et graveur au burin. Il fut élève de Delaunay et de Mariage. Ce fut un vignettiste très fécond. Charles Nodier (1780-1844) fut un écrivain français, Philologue, journaliste passionné d’histoire, il restera l’exemple même du conteur fantastique et romantique. Reproduction de cette reliure à la page 22 de Reliures et cartonnages d’éditeurs en France au XIXe siècle de Sophie Malavieille avec ce commentaire: ces plaques spéciales peuvent aussi être poussées sur peau à froid et en or. A sa parution, ce volume se vendait ou cartonné élégamment en velours, ou cartonné en moire, gaufré en or,ou  relié en veau gaufré ou relié en maroquin gaufré (cf. catalogue de Louis Janet, Alamanachs pour 1831).

 

 

 


 

GILBERT. Œuvres complètes, publiées pour la première fois avec les corrections de l'auteur et les variantes accompagnées de notes littéraires et historiques. Paris, chez Dalibon, 1823.

 

5 compositions hors texte d'après Desenne dont un portrait frontispice de l'auteur gravé par Leroux et 4 figures gravées par Prevost, Touzé, Vallot et Burdot suivies d'un fac simile d'une lettre manuscrite de Gilbert à Mr de Sartine. Nicolas Joseph Laurent Gilbert (1751-1780), fut un poète satyrique. La Harpe fut avec Charles Nodier ses victimes. Reçu froidement par D'Alembert à Paris, il se promit de se venger des encyclopédistes et des philosophes en les poursuivant de ses traits satyriques. Sa satire du Dix huitième siècle, considérée comme une de ses meilleures productions, témoigne la violence de ses efforts. Il mourut à 29 ans d'une chute de cheval. L’illustrateur, Alexandre Joseph Desenne (1785-1827) fut peintre d’histoire, dessinateur et illustrateur. Autodidacte il se forma à la peinture en copiant de nombreuses œuvres des lusées de Paris. Surtout connu comme illustrateur, il a fourni des vignettes aux œuvres des auteurs classiques tels que Rousseau, Chateaubriand ou Walter Scott. On le reconnaît à sa façon d’allonger exagérément ses personnages. Le relieur, Pierre Dauphin était lyonnais et exerça dans le premier tiers du XIXe siècle. Une reliure au motif central semblable à notre exemplaire fut vendue dans la seconde partie de la vente Descamps-Scrive (n°53).

 

 

 


 

BEDIER (J.). Le Roman de Tristan et Iseutt. Paris, H. Piazza, 1900.

 

Première édition de ce texte reconstitué par Joseph Bédier, célèbre spécialiste médiéval français, à partir des différentes variantes qui existent de ce roman du XIIème siècle. Cette version fait autorité aujourd’hui et a été très souvent rééditée. La présente édition a été illustrée par Robert Engels de 125 compositions en couleurs dont un faux titre, 6 hors-texte et 118 in-texte, et de nombreux ornements (têtes de chapitre, lettrines et encadrements). Tirage limité à 300 exemplaires numérotés. Un des 230 exemplaires sur papier vélin des Vosges à la cuve. Reliure de Gruel.

 

 

 

 

SOUS-MAIN BUVARD. Sous-main avec buvard portant la marque "Maison A. Giroux" à Paris, vers 1845. Paris, Maison A. Giroux, 1845.

 

Grand in-4, maroquin fauve orné sur le premier plat d'un important décor architectural en relief avec des caissons à différents niveaux, mosaïqué en maroquin vert empire, noir, crème et richement doré à petits fers, armes mosaïquées et serties or au centre, chiffres poussés or aux angles supérieurs; large encadrement de filets à froid et dorés sur le second plat, avec quatre cabochons mosaïqués en maroquin vert, rouge et crème et dorés à petits fers; à l'intérieur: un classeur pour le courrier comportant trois pochettes en soie moirée grise avec en-tête en maroquin havane mosaïqué et doré à petits fers, un buvard de 14 feuillets sous une chemise de soie moirée grise et un semainier en peau de vélin dans un encadrement ajouré, très finement enluminé par E. Langlumé (Gruel).


Ce très beau sous-main porte sur le premier plat la marque de la Maison Alphonse Giroux qui était une des plus prestigieuses papeteries de Paris, établie 7, rue du Coq-Saint-Honoré de 1826 à 1848. Fournisseur du comte de Chambord, elle faisait travailler les meilleurs artisans, en particulier les relieurs Thouvenin jusqu'à sa mort en 1834 et Pierre Gruel qui avait à cette époque la réputation de faire les bibelots les plus riches et luxueux. La Maison Giroux exigeait de ses artisans qu'ils ne signent pas de leur nom leur travail. Alphonse Giroux présenta sous son nom à l'exposition de 1834, des reliures que Thouvenin, décédé, ne pouvait plus revendiquer et obtint une médaille d'argent, comme relieur, avec éloge du jury pour l'éclat, la richesse et le bon goût de la dorure.

 

 

Librairie Auguste BLAIZOT
164, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 PARIS
Tél.: 33 (0)1 43 59 36 58
Fax: 33 (0)1 42 25 90 27
paul.blaizot@wanadoo.fr

Ouvert du mardi au samedi
de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h30

Métro, ligne 9, station Saint-Philippe du Roule

Plan d'accès



29/11/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 185 autres membres